Jacmel a célébré les trois cent dix-huit ans d’existence

Fondé en 1698, Jacmel a célébré les trois cent dix-huit ans d’existence de son histoire lesquels coïncident avec la fête de ses saints patrons Jacques et Philippe et également avec celle de l’Agriculture et du Travail. Une messe en la circonstance a été chantée au diocèse de Jacmel (Salle polyvalente) de cette ville.

Le Premier ministre Enex Jean-Charles, plusieurs membres de son cabinet ministériel, des membres du Conseil supérieur du pouvoir judiciaire (CSPJ), des députés, des sénateurs et des représentants de la Police nationale d’Haïti (PNH) y ont pris part. Le candidat à la présidence du 25 octobre 2015 de la Ligue alternative pour le progrès et l’émancipation haïtienne (Lapeh), Jude Célestin, était également de la partie. 


C’est autour du thème « Être le messager de la foi et les témoins de la miséricorde de Dieu dans le monde » que Jacmel a célébré ses saints patrons Jacques et Philippe. Plusieurs centaines de fidèles de l’Église catholique ont répondu favorablement à la célébration de la fête de leurs saints patrons. C’était aussi l’occasion pour eux de célébrer les trois cent dix-huit ans de l’histoire de cette ville. Une messe a été chantée en la circonstance. Dieu a été imploré pour qu’il déverse son amour sur les Haïtiens, notamment sur ceux qui font face à l’insécurité alimentaire, selon l’officiant principal de cette cérémonie, archevêque Marx Leroy Mésidor. 


Dans son homélie de circonstance, le prélat a fait remarquer que l’heure est à l’urgence compte tenu de la sécheresse frappant le pays. Cette situation, explique-t-il, expose près de 3,5 millions d’Haïtiens à l’insécurité alimentaire. « Il y a un profond besoin de miséricorde pour ces personnes-là, confrontées à ce problème en raison de la sécheresse, due au phénomène "el niño" qui sévit dans le pays depuis plusieurs mois ». 


Pour remédier à cette situation, l’Archevêque a appelé les fidèles à l’exercice de la miséricorde et de la solidarité. Ce qui permettra d’éviter la mort à ces milliers de compatriotes dans le pays. Une telle démarche, souligne Marx Leroy Mésidor, passe par la relance de l’agriculture du terroir : un des fers de lance de l’économie nationale. « Faisons de ce premier mai, fête de l’Agriculture et du Travail, celle de la dignité et du courage ». 


Hormis cet aspect, le prêtre s’est penché sur le problème de la détention préventive prolongée. Il a dénoncé les faiblesses du système judiciaire. Il a cité en exemple des personnes détenues, qui informe-t-il, n’ont pas pu recouvrer leur liberté pour manque d’argent. Devant un tel constat, il appelle les Haïtiens à se ressourcer aux valeurs humaines (universelles) constituant leur force. Reprenant le pape Paul VI, il a indiqué « à trop vouloir construire un monde pour l’Homme sans Dieu, on finira par le faire contre l’Homme ». 


Par ailleurs, comme à l’accoutumée plusieurs milliers de fêtards ont déferlé dans la ville d’Alcibiade Pommayrac. Il s’agissait pour eux de participer aux différentes activités socioculturelles organisées dans cette ville touristique réputée pour son carnaval, ses capacités hospitalières et ses lieux de détente.


Reynold Aris  (Le National)

Share this post