La Fondation « Zanmi Timoun » prône une société inclusive en faveur des enfants handicapés en Haïti

La Fondation « Zanmi Timoun » est vivement préoccupée par la situation des enfants handicapés en Haïti. Cette situation concerne les enfants les plus vulnérables sur le plan physique, psychologique et mental entre autre. Ces enfants sont parmi les plus marginalisés et exclus de la société haïtienne. Ils font face à de multiples problèmes d’ordre spécifique. Cependant, la ratification de la Convention Relative aux Droits des Personnes Handicapées (2009), la Convention Interaméricaine pour l’Elimination de toutes les formes de Discrimination contre les Personnes Handicapées (2009) et l’adoption du cadre légal national pour l’intégration des personnes handicapées (Mars 2012) sont des instruments visant à promouvoir les droits des personnes vivant à mobilité réduit en Haïti.

La Convention relative aux Droits des Personnes Handicapées a été ratifiée par l’Etat Haïtien le 23 juillet 2009, est un outil d’avant-garde qui protège les droits des personnes vivant avec un handicap. L’article 7 de ladite Convention donne un ensemble de droits aux enfants vivant avec un handicap. Cette catégorie a le droit de participer à des événements sociaux culturels, comme tout les enfants quelques soient leurs classes sociales. Le respect de la dignité intrinsèque, de l’autonomie individuelle, y compris la liberté de faire ses propres choix et de l’indépendance des personnes, ceci est inscrit dans la présente convention relative aux droits des personnes handicapées et son protocole facultatif dans l’article 3.

Pourtant, la Fondation « Zanmi Timoun » constate que les enfants handicapés en Haïti  n’ont pas l’accès à une éducation de base de qualité. Le problème d’accessibilité pose encore et reste un défi à relever. En effet, Haïti n’a pas encore réussi à lancer une véritable politique d’accompagnement et de prise en charge de ces enfants qui souffrent d’une forte stigmatisation de la société. Ainsi, le taux de scolarisation des enfants handicapés en Haïti, avant le séisme, était de seulement 4%, aujourd’hui ce pourcentage augmente considérablement. Les établissements scolaire en réponse avec ce problème est nettement inferieure et inadéquate. On compte seulement trois (3) établissements publics spécialisés en réadaptation pour les personnes handicapées en Haïti.

La Fondation « Zanmi Timoun » veut rappeler que la  loi sur l’intégration des personnes handicapées est un acquis pour le secteur des personnes handicapées en Haïti et pour tout le secteur des droits humains. De ce fait, l’Etat doit travailler sur un système éducatif qui permettra l’intégration des enfants en situation d’handicap et non un programme particulier à leur intention comme il le fait depuis des années. Elle met aussi l’accent sur la satisfaction des besoins essentiels pour les personnes handicapées tels que l’éducation, les soins de santé, le logement et l’environnement physique approprié. La mise en place du Bureau du Secrétaire d’Etat à l’Intégration des Personnes Handicapées (BSEIPH) est un pas important dans la lutte pour l’intégration des personnes Handicapées en Haïti. Cette mise en place constitue des avancées dans le renforcement du système éducatif haïtien par la mise en place d’un pole de scolarisation intégrée des enfants à besoins spéciaux.

La Fondation « Zanmi Timoun » constate aussi que les enfants en domesticité est l’un des catégories d’enfants les plus vulnérable lorsqu’ils ont un handicap visible ou non visible. Ils sont frappés généralement de la solitude, le stress, de l’anxiété, de repli sur soi etc. De ce fait, la Fondation « Zanmi Timoun » est vivement préoccupé par toutes ces formes de discrimination et d’abus qui mettent en péril la dignité et le droit des enfants. Ces différentes formes de discrimination ont des conséquences graves sur son comportement et son développement. Tous ces facteurs et bien d’autres encore expliquent dans une certaines mesures les différentes formes d’abus et de violences psychiques et physiques que subissent ces enfants, et, interpelle l’Etat haïtien  à travailler à cette fin.

La Fondation « Zanmi Timoun » en vertu de tous ces constats appelle les autorités haïtienne à prendre des mesures urgentes afin de garantir en conséquence sur la mise en œuvre des droits des enfants vivant avec un handicap au sein de la société haïtienne.

 

Share this post