Un accord ouvre la porte à l'Assemblée nationale pour élire un président provisoire

Au terme de plusieurs heures de discussions intenses au palais national, vendredi soir, un accord a été trouvé entre le président Michel Martelly et les présidents des deux branches du Parlement, le sénateur Jocelerme Privert et le députe Cholzer Chancy, a appris le journal à 1hrs 05 du matin, samedi 6 février 2016.

« C'est l'Assemblée nationale qui élira un président provisoire. L'Assemblée nationale va accepter la candidature de personnalités qui ne sont pas membres de l' Assemblée», a révélé au journal une source proche des négociations.
Ce samedi, dans l'après-midi, est prévue une cérémonie officielle de signature de l'accord. «Chaque partie est partie avec un original de l'accord signé des présidents de la République et des présidents des deux chambres du Parlement », selon une source du Nouvelliste.
Cet accord ouvre la voie à de nouvelles tractations, cette fois au sein de l'Assemblée nationale pour désigner le remplaçant de Michel Martelly.
Un lent accouchement 5 février 2016.
La nuit est longue. La réunion au palais entre le président Michel Martelly et les présidents des deux chambres, Jocelerme Privert et Cholzer Chancy, s’étire.
« Nous sommes en discussion pour trouver un accord », confie au journal le président de la Chambre des députés, Cholzer Chancy. Il ne dira pas plus, un peu avant 10 heures 30.
Entre-temps, le journal a appris d’une source proche des discussions que le président Michel Martelly a proposé Jules Cantave, le président de la Cour de cassation et du CSPJ (dont le mandat a expiré l’an dernier) pour le remplacer. La mission prioritaire du premier juge de la République sera de faciliter la poursuite du processus électoral, si les parlementaires l'acceptent.
« Il a peur. En Jules Cantave, Martelly trouve une certaine assurance de tranquillité quant à son avenir », confie un sénateur. Mais le Parlement veut, conformément à l’esprit de l’article 149, élire le président provisoire. Dans l’Assemblée, il y a des intentions clairement manifestées, dit ce sénateur, qui voit dans ces longues heures de négociations l’évidence d’un désaccord, a-t-il souligné.
Le juge Jules Cantave, jeudi, a refusé de dire s’il avait été contacté ou non pour remplir la fonction de président après le 7 février.
Vers minuit, vendredi, un accord a été trouvé et ouvre la porte à une nouvelle page dans l'histoire des institutions en Haïti. Il n'est que d'attendre quel accueil feront la rue et les forces politiques à cet entente intervenue entre l’exécutif et les têtes du Parlement...

Share this post