Haiti-Sud-Est: Gérald Mathurin éjecté de la course électorale

Parmi les 120 candidats en lice pour les 10 places disponibles au sénat, 118 sont agréés et 2 rejetées. Il s’agit de GéraldMathurin de l’organisation du peuple en lutte (OPL) dans le département du Sud-est et de Casimir Remile, inscrit dansl’Ouest, sous la bannière de Consortium.

Ces candidats sont tous deux victimes de l’article 90 du décret électoral du 2 mars 2015. À la seule différence, Casimir Remile est frappé par l’Alinéa D traitant de la question de nationalité, alors que Gérald Mathurin est tombé sous les censures de l’alinéa H qui traite de la question de décharge. Casimir Remile est reproché de n’avoir pas formulé auprès des autorités de l’immigration et de l’émigration sa demande pour avoir accès au certificat lui permettant de prouver sa nationalité haïtienne auprès des juges siégeant au bureau du contentieux électoral national (BCEN).



L’ingénieur -Agronome Gérald Mathurin est quant à lui éjecté de la course pour faute de décharge. La Cour supérieure des comptes et du Contentieux administratif (CSC/CA) a rendu un rapport de carence concernant le dossier de l’ancien ministre de l’Agriculture sous la présidence de René Préval. Il faut toutefois souligner que la décision de retirer l’agronome de la course est vivement critiquée par la coordination de l’OPL qui la qualifie d’injuste et regrettable.



Si le candidat Remile n’a pas de force contraignante sur le terrain pour faire face à la décision du BCEN, c’est tout à fait chose contraire pour l’ancien ministre Gérald Mathurin. La population du département du Sud-Est, notamment celle de la ville de Jacmel, semble ne pas digérer ce rejet. Au cours de la matinée du mardi 9 août 2016, plusieurs partisans et sympathisants de l’ancien dirigeant de la coordination régionale des organisations du sudest (CROS) ont foulé le macadam pour exiger la réintégration de leur candidat dans le processus électoral.



En plus du béton, la commission bicamérale de décharge du parlement haïtien a également pris parti en faveur de la réintégration de Gérald Mathurin. La commission s’apprête à soumettre à l’assemblée un rapport permettant de placer une demande de reconsidération du cas de Gérald Mathurin. Car, selon les déclarations de l’élu du Nord-Est, Jean-Baptiste Bien-aimé, la faute n’est pas à l’ancien ministre ni au Cep, mais de l’irresponsabilité du parlement haïtien.



Dans la foulée, ce sont au total 149 candidats qui s’étaient fait inscrire en ligne pour participer aux élections devant renouveler le tiers du sénat. De ces 149 candidats inscrits en ligne, 120 ont confirmé leur participation en déposant au niveau des BED la totalité des pièces exigées par la structure électorale.



À part les deux candidatures refusées, 118 citoyens vont s’affronter pour les dix postes vacants au niveau de la chambre haute. Le département de l’Ouest détient le record avec 20 candidats en lice pour l’unique poste disponible. Les départements du Nord et de l’Artibonite sont arrivés en deuxième position avec 16 candidats agréés chacun. La Grand’Anse en a 13. 10 candidats sont enregistrés dans le centre. Les départements du Sud, Sud- Est et du Nord-Est ont pour leur part 9 candidats en lice alors que les Nippes et le Nord-Est n’ont que huit candidats. Il faut toutefois mentionner que la plateforme politique la mieux représentée est Fanmi lavalas qui présente des candidats pour les dix départements du pays.

Evens Régis

Share this post